Couvent Saint-Albert-le-Grand   Cloîtres Saint-Jean, 3 à 4000 Liège

1er dimanche de l'Avent

Auteur: Philippe Henne
Date de rédaction: 27/11/22
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : C
Année: 2022-2023

L’Eglise fait décidément tout à l’envers. C’est aujourd’hui le début de la nouvelle année liturgique. Et alors, au lieu de faire la fête, la liturgie fait grise mine : le vert est remplacé par le mauve, signe de deuil et de pénitence. Normalement, il devrait y avoir moins de fleurs et moins de chants. C’est le temps de l’Avent, un temps de préparation pour la célébration de la fête de Noël.

Lire la suite

34ème dimanche ordinaire

Auteur: Philippe Henne
Date de rédaction: 20/11/22
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : C
Année: 2021-2022

            La célébration du Christ Roi de l’univers est plus que jamais d’actualité. Quand, en 1925, le pape Pie XI instaura cette fête, l’Italie venait de sombrer dans le fascisme et Mussolini régnait en dictateur. Il avait éliminé toute opposition politique et il allait lancer son pays dans la guerre contre l’Ethiopie, la France, la Grèce et la Lybie pour finir dans la destruction et la mort. La fête d’aujourd’hui est un rappel à tous les dictateurs du monde que la terre ne leur appartient pas et qu’ils ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent. Autrement, ils agissent comme le roi David qui avait pris Bethsabée, la femme d’Uri, et qui avait fait tuer le mari trompé.

            Le Christ, véritable roi de l’univers, ne règne pas grâce à une police politique qui surveillerait les paroles et les pensées de chacun sur terre. mais il règne grâce à une armée d’hommes et de femmes qui, dans le silence de la cuisine ou dans le bruit assourdissant des machines, veulent transformer le monde en un royaume, celui de Dieu. Dans le silence de la nuit, quand une infirmière se penche sur un malade qui gémit, ou quand un travailleur social apporte une tasse de café bien chaud à un SDF aux mains bleuis par le froid, les soldats du Christ remporte une grande victoire, celle de l’amour.
            Il ne s’agit pas de détruire des centrales électriques ou d’abattre un château d’eau, pour plonger des villes entières dans le froid et dans la saleté. Il s’agit bien au contraire d’apporter à chaque être humain, homme ou femme, vieillard ou enfant, la lumière de la vie et de la résurrection, comme Jésus l’a fait avec le bon larron. Il lui avait ouvert les portes du paradis tandis que l’autre larron continuait à croire qu’il n’avait besoin de personne. Il avait été le dictateur de sa vie, seul contre tous. Et, pour obtenir ce qu’il désirait, il avait volé et il avait tué. Et maintenant il pend sur une croix et il continue à crier sa haine contre tout le monde et contre Jésus qui était à côté de lui, crucifié. Mais le bon larron avait tout simplement reconnu qu’il avait besoin d’aide et de rêve. Il rêvait d’être avec Jésus dans son royaume. Et pour cela il fallait changer de vie, comme l’avait le roi David qui avait commis l’adultère et un meurtre, tout simplement par caprice.

            Il est plus facile de détruire que de construire. Détruire, on peut le faire en un instant, en tuant la vie, en tuant l’amour. Construire, cela demande du temps, beaucoup de temps. Cela dure toute une vie et c’est parfois décourageant. Mais nous avons à chaque instant la possibilité de retrouver le regard et les paroles de Jésus : « tu seras avec moi dans mon royaume. » Nous y sommes déjà, dans son royaume, quand nous recevons l’eucharistie, quand nous recevons Dieu tout entier dans son corps et dans son sang. C’est alors que le Christ est vraiment roi de l’univers, quand il est accueilli par quelqu’un qui accepte de se laisser transformer. Il en est ainsi quand nous accueillons Jésus dans le malade qui gémit ou dans le pauvre qui a faim, dans ce voisin qui nous parle de ses ennuis ou de ce proche parent qui a besoin d’un coup de main.

            Le Christ Roi de l’univers ne règne pas à coup de bombes et par la peur. Il règne par la prière et par l’amour.

34ème dimanche ordinaire - Christ-Roi

Auteur: Jean-Bertrand Madragule
Date de rédaction: 20/11/22
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : C
Année: 2021-2022

Chers frères et sœurs,

Thomas d’Aquin (1225-1274) a dit un jour : « On peut diviser les Dominicains en trois groupes, à savoir les Sages, les Savants et les Pieux. » Les Dominicains pieux sont considérés comme des saints et ils prient pour nous. Les Savants sont des professeurs d’Université qui nous enseignent. Les Sages sont le Prieur du couvent, le Prieur-Provincial d’une Province et le Maître de l’Ordre. Ils ne gouvernent pas sur nous, mais pour nous. Ils exercent leur responsabilité au service des frères. Il y a donc trois dons et tâches différents que Dieu accorde aux frères dominicains.

Lire la suite

33ème dimanche ordinaire

Auteur: Philippe Cochinaux
Date de rédaction: 13/11/22
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : C
Année: 2021-2022

Ce dimanche 13 novembre 2022 est important pour de nombreux Liégeois et Liégeoises.  En effet, c’est le dernier jour de la foire !  M’y promenant la semaine passée, je fus étonné de ces quelques attractions où les gens viennent soit chercher de sensations fortes en étant secoués dans tous les sens ou en étant envoyés dans les airs par un bras mécanique ou soit viennent se faire peur en se rendant dans un train fantôme.  Les nombreux cris émis dans ces attractions confirment que l’objectif souhaité a été atteint.  Mais pourquoi aller à la foire pour rechercher des fortes sensations ou éprouver un sentiment de peur ?  Il suffit pourtant de rester chez soi et d’ouvrir le journal :  la guerre en Ukraine aux portes de l’Europe, la menace d’un conflit nucléaire, l’inflation galopante, la crise énergétique, la crise climatique.  J’en passe et des meilleures.  Ce que nous traversons pour le moment est en parfaite adéquation avec l’évangile que nous venons d’entendre.  Il n’est pas nécessaire d’aller dans une foire pour vivre de sensations fortes et se faire peur.  L’actualité avec ses relents apocalyptiques est déjà bien suffisante.

Lire la suite

33ème dimanche ordinaire

Auteur: Philippe Henne
Date de rédaction: 13/11/22
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : C
Année: 2021-2022

La persévérance, c’est une chose que l’on apprend aux enfants, à être persévérants, à ne pas se décourager devant la première difficulté, à recommencer s’il le faut, à tenir même dans les moments les plus difficiles. Et c’est cela que nous faisons tous, que nous avons tous fait et que nous ferons. Pourtant, la fatigue et la maladie peuvent nous conduire à des moments de profond découragement. La solitude, l’ennui et l’isolement peuvent nous écraser au point que nous n’avons plus le goût de rien faire, même pas de nous lever le matin. Il y en a pourtant qui n’ont pas le choix : les mères de famille et les épouses doivent se lever le matin pour s’occuper de leurs enfants ou de leur mari.

Lire la suite

32ème dimanche ordinaire

Auteur: Philippe Henne
Date de rédaction: 6/11/22
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : C
Année: 2021-2022

Nous vivons dans un monde rempli de messages de mort et de désespoir, non seulement dans notre société, avec les menaces de guerre, mais aussi dans notre Eglise avec nos communautés vieillissantes et de moins en moins nombreuses. En sommes-nous réduits à gérer la pénurie et la désaffection ? Ou pourrons-nous retrouver l’Esprit de la résurrection et de la vie ?

Lire la suite

32ème dimanche du temps ordinaire

Auteur: Stéphane Braun
Date de rédaction: 6/11/22
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : C
Année: 2021-2022

Voilà une drôle d’histoire un peu abracadabrante !

D’abord ces sadducéens, inconnus dans l’évangile si ce n’est dans ce récit. Il s’agit d’une élite conservatrice sacerdotale et politique en Israël. Ils ne reconnaissent que les textes écrits du Pentateuque (les livres de la Torah qui correspondent aux cinq premiers livres de la bible). Ils rejettent la tradition orale et toutes les nouvelles croyances. La croyance en une résurrection remonte à deux siècles avant J-C et n’est pas reconnue à leurs yeux.

Lire la suite

Toussaint

Auteur: Philippe Henne
Date de rédaction: 1/11/22
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : C
Année: 2021-2022

C’est quoi, un saint ? C’est un homme, comme vous et moi, avec ses qualités et ses défauts, mais c’est un homme qui a été pris, saisi par Dieu et qui s’est donné tout entier à Lui. Et vous avez devant vous deux exemples tous différents de saints missionnaires. Il y a tout d’abord saint Dominique. Il est calme, il est réfléchi, mais il a la ténacité des hommes de son pays, la Castille. Ce sont des paysans qui travaillent dur une terre rocailleuse et peu fertile.  Il y a à côté de lui saint Adalbert, un homme passionné et fougueux qui, au temps de Notger, était parti dans les sombres forêts de la Germanie et la vaste plaine la  Lituanie. Tous les deux étaient tout aussi passionnés l’un que l’autre, mais Dominique l’était à l’intérieur, tandis que saint Adalbert l’était plus à l’extérieur.

Lire la suite

31ème dimanche ordinaire

Auteur: Philippe Henne
Date de rédaction: 30/10/22
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : C
Année: 2021-2022

Quel culot ! Jésus interpelle un haut fonctionnaire et lui dit : « descends de là ! ». Il lui parle comme à un gamin qui serait monté dans un arbre pour s’amuser. Il lui dit non seulement : « descends de là ! », mais aussi « dépêche-toi ! Je vais manger chez toi. » C’est le monde à l’envers. D’habitude, c’était Zachée qui allait chez les gens et il était toujours accompagné de deux soldats romains pour l’aider dans sa sale besogne de pillage. Car, quand Zachée venait percevoir les impôts, il prenait une commission, et une belle commission. Il donnait en plus une petite gratification aux soldats romains qui l’accompagnaient. Comme cela, ils étaient toujours prêts à venir l’aider dans ses visites brutales et intéressées.

Lire la suite

31ème dimanche du temps ordinaire

Auteur: Stéphane Braun
Date de rédaction: 30/10/22
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : C
Année: 2021-2022

En lisant ce texte, je ne peux m’empêcher de vous raconter une expérience vécue en Ethiopie il y a quelques années.

J’assistait par hasard à une procession à l’occasion de la fête patronale de saint Georges dans un village que je traversais. Il y avait beaucoup de monde et un cortège précédé par des cérémoniaires richement habillés, des musiciens, des danseurs. Le tout dans une ambiance ritualisée très festive et joyeuse. J’étais dans la foule suivante lorsque, au détour du chemin, le cortège passe au pied d’en grand arbre aux grosses branches basses horizontales. Il y avait du monde dans l’arbre, des enfants et des jeunes adultes. J’ai appris que ce sycomore était un peu le lieu de référence local. Ses branches étaient usées par les jeux d’enfants. Et presque instinctivement, je me suis mis à y chercher Zachée.

Lire la suite

30ème dimanche ordinaire

Auteur: Jean-Bertrand Madragule
Date de rédaction: 23/10/22
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : C
Année: 2021-2022

Chers frères et sœurs,

Chaque salle de bains a besoin d’au moins un miroir. Ce miroir nous montre seulement notre « visage naturel », c’est-à-dire nos traits physiques extérieurs et notre apparence. La Parole de Dieu est aussi un miroir. Contrairement au « miroir naturel », le « miroir de la Parole de Dieu », lorsque nous nous regardons dedans, ne nous révèle pas nos traits physiques extérieurs, mais notre nature spirituelle intérieure et notre relation à Dieu et à nos prochains.

Lire la suite

30ème dimanche ordinaire

Auteur: Philippe Henne
Date de rédaction: 23/10/22
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : C
Année: 2021-2022

            On pourrait appeler cette parabole la fable du coq et du ver de terre. il était une fois un coq qui croyait régner sur la basse-cour. Il circulait la tête haute et le torse bombé. Sa crête sursautait à chacun de ses pas, comme un étendard à la tête d’une armée. De temps en temps, il lançait un fier cocorico qui réveillait les nourrissons et agaçait les voisins encore endormis. Un petit ver de terre rampait sur le sol dégarni. Exposé à tous les dangers, il regardait à gauche et à droite. Apeuré parfois, attentif tout le temps, il aimait pourtant rendre service. Ainsi un petit brin d’herbe avait miraculeusement échappé aux picorements du coq orgueilleux. La petite plante manquait d’air et d’eau autour de ses racines à cause du sol durci le piétinement du fier gallinacé. Le ver plongea dans le sol, y creusa deux ou trois petites galeries, et l’herbe desséchée reprit bien vite vie. Mais un beau matin, le fermier surgit, prit le coq par le cou et le déposa sur le billot. Le bel emplumé, jadis terreur du poulailler, termina sa course dans un bouillon bien assaisonné.

Lire la suite

Dernières homélies - Liège

  • 1
  • 2

Newsletter de Liège

Merci d'indiquer votre nom et votre adresse email pour vous inscrire à notre newsletter et vous tenir informé des activités de la communauté de Liège